Sortir du jugement des autres

Sortir du jugement des autres

Ne serait-ce pas s'autoriser à être pleinement ce que l'on doit être ?

Discussion imaginaire à méditer 😉

Tu dis que je suis trop excentrique,
Mais ne serais-je pas tout simplement le miroir de ce que tu ne t’autorises pas à vivre ?
Tu dis que je suis trop exubérant(e)
Mais ne serais-je pas tout simplement le miroir de ce que tu ne t’autorises pas à être ?
Tu dis que je suis trop enthousiaste,
Mais ne serais-je pas tout simplement le miroir de ce que tu ne t’autorises pas à faire ?
Lorsque tu me vois, parfois je te mets mal à l’aise.
Ma présence t’irrite, tu te sens bousculé(e), perturbé(e).
Ne serait-ce pas comme si trop de lumière t’éblouissait ?
Trop de chaleur t’irritait, te fatiguait ?
Oser voir autrement qui te dérange ?

Et si tu te posais la question :
«  Ne serait-ce pas moi qui suis au fond d’une grotte ?
Entouré(e) d’ombres illusoires qui me rassurent,
qui me maintiennent enchaîné(e),
qui m’empêchent d’exister ? »

Si tu te posais simplement la question :
« Comment serait ma vie si j’accueillais cette lumière ? »

Ou plus précisément encore :
« Comment serait ma vie si j’osais accueillir cette joie,
si j’osais prendre part à ce bonheur,
si j’osais recevoir l’amour,
si j’osais me donner de l’amour,
si j’osais m’aimer. »

Si ma joie de vivre, si ma lumière, si mon enthousiasme te dérangent,
est-ce que je ne serais tout simplement pas le miroir de ce que tu n’arrives pas à t’offrir ?
De ce que tu n’arrives pas à ressentir ?
Alors au lieu de me juger, au lieu de me condamner à être trop,
au lieu de vouloir m’enchaîner
ou de vouloir baisser l’intensité de ma lumière,
je t’invite à te demander pourquoi ?
Pourquoi ça ne serait pas toi qui augmenterais l’intensité de ta lumière ?
Pourquoi ça ne serait pas toi qui briserais tes chaînes ?
Il n’appartient qu’à toi de faire le choix,
soit de rester enchaîné(e) au fond de ta grotte me regardant tel un(e) extra terrestre,
soit d’oser être libre pour vivre,
La vie, l’amour, la joie.

Je suis à l’écoute de mes vibrations internes.
Les jugements ne m’empêcheront jamais de m’aimer et d’aimer le monde autour de moi.
Je suis ce qui fait sens pour moi.
Ceci en prenant le risque que mes points de vue puissent engendrer des conflits.
Aujourd’hui je n’ai plus peur de la profondeur de mes émotions.
Pas plus que de l’intensification de mon exubérance.
Aujourd’hui je vis.

Caroline P.                

Et vous, vous sentez-vous dans une grotte ou en dehors ?

Previous Post
Next Post

Laisser un commentaire