Lâcher le mental, pour être dans le ressenti…

Pragmatique et cartésienne de nature, les premières séances donnaient lieu à des maux de tête. Comme si mon cerveau essayer de comprendre de façon mathématique ce que vivais mon esprit alors que mon corps ne bougeait pas. Aujourd’hui je suis arrivée à un niveau de ressenti tel que mon cerveau ne tente plus de conscientiser, j’arrive à lâcher le mental. Si on m’avait dit que je vivrai de telles choses un jour j’aurais poliment souri. Et pourtant…

Previous Post
Next Post